• Muriel Houssais

Continuité pédagogique : la santé mentale de votre enfant ...

Mis à jour : juil. 28


Sources :

- Confinement : « Lorsque tout cela sera terminé, la santé mentale de votre enfant sera bien plus importante que son niveau scolaire » de Christophe LAMBERT : https://www.laligue.be/leligueur/articles/confinement-lorsque-tout-cela-sera-termine-la-sante-mentale-de-votre-enfant-sera-bien-plus-importante-que-son-niveau-scolaire

- La continuité pédagogique, c'est pourri d'Olivia MOORE : https://www.youtube.com/watch?v=7s0MLeGeegw



Je reconnais que j'étais en colère ... Et c'est assez rare pour en parler !


En colère d'entendre le témoignage de mes patients avec lesquels je suis restée en contact depuis le début du confinement, par téléconsultations, mails ou téléphone ...


Mais avant ... je tiens à remercier les enseignants qui ont compris la situation et modèrent les demandes ! Aux créatifs qui adaptent leurs programmes et leurs modes d'apprentissages. Ainsi que ceux qui se tiennent à la disposition de leurs élèves pour répondre à toutes leurs questions (pas toujours pertinentes !). Grâce à eux, certains de mes patients réussissent à avancer dans le calme, à leur rythme et surtout en confiance.

Et un immense merci à tous les enseignants volontaires qui accueillent les enfants du personnel soignant : c'est formidable !


Alors pourquoi en colère ?


En colère d'entendre certains enfants, submergés de travail. Soit des vidéo-conférences obligatoires durant 4 voire 5 heures par jour, avec une petite pause de 5' entre chaque ! Soit des listes monumentales de documents à lire, des pages et des pages d'exercices à exécuter ...

Et des évaluations. Et des devoirs maisons à rendre, jour après jour.

Hier, une de mes patientes a passé 3 évaluations dans la journée plus un devoir maison à rendre du jour au lendemain !


Mais bien sûr ... Il n'y a déjà pas assez de stress ambiant ! Chargez-les !


Alors non ! Comment voulez-vous que des enfants dont le mode d'éducation habituel ne leur permet pas de devenir autonome (parce que l'école ne les autorise pas à réfléchir et à prendre des décisions par eux-mêmes), pourraient s'organiser et devenir efficaces en quelques jours ?


Demander l'aide de leurs parents ? Non !

Les parents sont en télétravail une partie de la journée Le reste du temps, cela doit être du temps de loisir et de plaisir partagé. Et de toutes façons, ce n'est pas leur rôle de se substituer aux enseignants. Ils ne sont ni pédagogues, ni éducateurs.

Vous les positionnez dans une situation impossible à vivre.


Cela va également à l'encontre du fonctionnement du cerveau qui a besoin d'alterner des séquences courtes d'apprentissages et des pauses pendant lesquelles l'enfant doit sortir, marcher, bouger, se distraire et ... jouer. Oui jouer, ce n'est pas un gros mot, c'est comme ça qu'il apprend le mieux.


Avec ce travail inintelligible, on fabrique une nouvelle fois des inégalités entre ceux qui ont les capacités, ceux qui ont des ressources personnelles et familiales et les autres ...

Et je pense à tous les inattentifs, anxieux ou dys, ... Mais comment faire seul ?


Grand découragement ...


En plus, j'entends que certains enseignants continuent leur éducation autoritaire en menaçant et punissant !


Votre responsabilité est importante et le fait de continuer à enseigner à distance change bien les perspectives, pour vous et vos élèves.


Mais n'avez-vous pas compris que le monde doit changer ? N'avez-vous pas compris que le système doit changer ? N'avez-vous pas compris que VOUS devez changer votre mode d'enseignement ? N'avez-vous pas compris que le stress empêche de bien apprendre ? N'avez-vous pas compris que la vie confinée est devenue un cauchemar pour certains enfants ? N'avez-vous pas compris que le mode d'éducation autoritaire ne fonctionne pas ?


Merci juste de donner du sens à ce que vous faites.



Et puis j'ai lu ce texte publié aujourd'hui, écrit par un directeur d'école qui m'a réconfortée :


C’est un texte qui va faire du bien aux parents qui s’inquiètent pour la scolarité de leur·s enfant·s. Il a été posté ce week-end par un directeur d’école dont le message se veut apaisant, plein de bon sens et, surtout, tourné vers le bien de l’enfant. Un message qui fait mouche. Sur la page Facebook de ce directeur bienveillant, ce texte s’est offert plus de mille partages et des centaines de likes. On voulait aussi vous en faire profiter.


Un texte de Christophe Lambert, directeur d'école « attentif au bien-être des parents et des élèves » :


Chers parents, Chers élèves,


Avant tout, mes enseignant(e)s et moi-même espérons que vous allez tous bien ainsi que vos proches.


Je vois et j’entends nombre d’entre vous inquiets du retard scolaire que prendraient vos enfants suite à ce confinement… Ne vous inquiétez pas pour le retard scolaire, tous les enfants sont dans le même bateau et ils vont tous gérer ! Quand nous reviendrons en classe, nous nous adapterons à leur niveau ! Mes enseignant(e)s sont des experts en la matière !


Ce dont vos enfants n’ont pas besoin actuellement, c’est qu’on leur déverse de la matière dans leur cerveau, mais c’est bien plutôt de se sentir en sécurité et aimés par leurs proches.


Vos enfants ont tout aussi peur que vous en ce moment. Non seulement ils entendent tout ce qui se passe, mais ils ressentent également votre tension et votre peur constantes. Ils n'ont jamais rien vécu de tel. Oui, ils aiment l'idée de plusieurs semaines de congé et ils ont probablement l'idée que ce seront de très belles vacances, sans se rendre compte que la réalité est qu'ils sont coincés à la maison ou dans l’appartement sans voir leurs amis.


« Ayez l'idée que tout fonctionnera »


Avec la prolongation annoncée du confinement jusqu’au 19 avril 2020, vous pourriez voir apparaître de plus en plus de problèmes de comportement. Que ce soit la peur, la colère ou la protestation parce qu'ils ne peuvent rien faire de « normal ». Ils vont faire plus de crises, de crises de colère et de comportements contraires dans les semaines à venir. Ceci est normal et à prévoir dans ces circonstances. Ayez l'idée que tout fonctionnera. Cela peut signifier oublier votre emploi du temps parfait et permettre à vos enfants d'être un peu plus des enfants.


Si pendant cette période de confinement vous prenez du temps pour eux, vous verrez qu’ils ne prendront aucun retard !


Parlez-leur en leur donnant les mots de vocabulaire correct (exemple : un économe et non pas le « truc » qui sert à éplucher) ; un enfant qui a du vocabulaire est un futur adulte qui sera plus à même de se défendre dans la vie.


Parlez « correctement », dites-leur : il faut que tu fasses et NON pas que tu « fais » et vous verrez que le jour où ils découvriront le subjonctif, ils ne devront pas l’étudier car cela aura été utilisé à la maison.


« La cuisine est un lieu de découverte »

Cuisinez avec eux : éplucher, écosser, battre les œufs, pétrir… sont des activités qui développent leur motricité globale ainsi que fine (importante pour la tenue correcte du crayon).


Cuisez avec eux : ils découvriront que l’eau se transforme en vapeur, que l’eau au congélateur devient de la glace… ce sont des leçons de sciences… Pourquoi ne pas les vivre à la maison…


Réalisez des recettes avec eux : avoir une recette pour 4 personnes alors que vous êtes 6. Apprenez-leur alors à utiliser la règle de 3.


Bref, la cuisine est un lieu de découverte pour de nombreuses leçons (vocabulaire, lecture, sciences, mathématiques…).


« Effectuez en famille des recherches sur internet »

Faites-les participer aux tâches ménagères : balayer, faire la vaisselle, plier le linge, dresser ou débarrasser la table, faire leur lit… tout ceci développe leurs compétences motrices et affine leur organisation spatiale (notions importantes en mathématiques et en lecture).


Jouez à des jeux de société : c’est excellent pour la mémoire, le contrôle de soi, la coopération, le vocabulaire, les mathématiques… Il ne faut pas des jeux compliqués ; avec un jeu de cartes on peut déjà faire beaucoup ! Il existe aussi sur Internet de nombreux sites pour construire vos propres jeux avec du matériel se trouvant à la maison et… pourquoi ne pas construire votre propre jeu en famille ?


Pour celles et ceux qui ont une cour, un jardin, une terrasse… des tas d’observations peuvent s’y faire ! Vos enfants adorent les petites bêtes : vers de terre, mouches, araignées, abeilles… c’est l’occasion de les observer, de les dessiner et d’effectuer en famille des recherches sur Internet… puis d’apprendre le vocabulaire (ailes, pattes, abdomen…), leurs caractéristiques, leur évolution…


Pour celles et ceux qui ont des animaux de compagnie, c’est aussi l’occasion de s’intéresser à eux d’une manière plus scientifique…


« Ils ne se sentent pas prêts pour les mathématiques ou le français »

Racontez-leur des histoires, chantez-leur des comptines… Cela permet à vos enfants d’acquérir du vocabulaire, des structures de phrases.


Au niveau physique : dansez avec eux, jouez au professeur de gym avec eux, créez un « tour du monde » dans votre salon…


Mais de grâce, ne discutez pas avec eux, ne les obligez pas car ils ne se sentent pas prêts pour les mathématiques ou le français. Ne leur criez pas dessus s'ils ne respectent votre horaire idéal. En ce moment, ne les obligez pas à apprendre 2 heures s'ils ne le souhaitent pas.


« La santé de votre enfant sera bien plus importante que son niveau scolaire »

Si je peux vous dire une chose, c'est ceci : lorsque tout cela sera terminé, la santé mentale de votre enfant sera bien plus importante que son niveau scolaire. Qu'ils se sentent bien maintenant, car ils se souviendront longtemps de ce qu'ils ont fait exactement au cours de ces semaines. Gardez cela à l'esprit tous le jours !


En espérant vous avoir soulagés de vos diverses inquiétudes, je vous souhaite un bon confinement !


Prenez bien soin de vous et de vos proches !


Et puis j'ai regardé la vidéo d'Olivia Moore ... "La continuité pédagogique, c'est pourri !" et j'ai ri !

#Scolarité #Confinement

58 vues

© Website designed by Nico Secerov 2016/2017

www.nico-secerov.com

Muriel HOUSSAIS

10, Place Louis-Jean Finot

95580 ANDILLY

06.20.23.35.24.

muriel.houssais@wanadoo.fr